Peinture - Sculpture - Installation

Photo-Pixellisme

1976 - 1988

La sculpture, en prenant le relai de l’expression corporelle en 1981, semble avoir libéré ma peinture de son contenu initial, introspectif, et de ses couleurs surréalistes. C’est alors que s’est ouvert à moi le champ expérimental d’un visionnement multiple et inédit du corps que j’’ai appelé "Polyvisionnisme. Fenêtres, cadrages, découpages et montages à lecture multiple, ont préfiguré mes 'Polyvisions pixellistes', déclinaisons d’images traitées plus tard sur ordinateur.

En fait, le Polyvisionisme est né de la frustration dans laquelle me plongeait le parti à prendre des formes et des couleurs avant d’attaquer une toile: l’appréhension d’une œuvre ne venant jamais seule. Pour une même composition, plusieurs idées de variation de formes et de couleurs me venaient en tête, en même temps. C’est cette récurrente frustration qui m’a poussé à faire des triptyques que je n’arrivais pas à signer: je les ai alors découpées en bandes afin d'en présenter une lecture déstructurée, C’est de ce sacrifice  que mes 'Toiles Vivantes' à propositions variables sont nées.

Sur les Traces de….

1976 - 1977

Portrait d’Elisa - 41 x 33 cm 

L’enfileuse de coquillages - 73 x 60 cm 

Faamu (l’adoption) - 54 x 65 cm

Fiu ! - 54 x 65 cm

Niau - 46 x 38 cm

Nu à l’hibiscus - 61 x 50 cm 

Pareu - 73x 60 cm

Profil d’Enfant - 41 x 33 cm 

Taoto (La sieste) - 61 x 50 cm

Tapoo (Les chapeaux - Bora-Bora) - 61 x 50 cm 

Un après-midi à Tautira (Tahiti) - 60 x 73 cm 

'Les îles-sous-le-vent’

Exposition de peinture à Papeete

Au cours de mon voyage autour du monde, c’est une escale, imprévue, en Polynésie Française, qui m’a redonné l’envie de peindre. Prise au piège de la beauté des "îles sous le vent", je suis restée dix mois dans un faré à Tahiti, le temps d’y préparer deux expositions : l’une de dessins, l’autre de peinture, en mai 1977. C’est à cette occasion que le conservateur du Musée Gauguin fera l’acquisition d’une de mes œuvres.

Le Psy-réalisme

1978- 1982

Des dieux et des hommes - 120 x 80 cm

La Nuit - 120 x 90 cm

Le Rêve   - 120 x 80 cm

Un si long sommeil - 61 x 46 cm

Espace (L’aveugle)  - 65 x 54 cm

La Dame en noir - 65 x 50 cm

Vent d’automne - 46 x 61 cm

Absence - 92 x 73 cm

La musicienne - 61 x 50 cm

Possible aléatoire - 73 x 54 cm

Rêves et Fantasmes

De 1978 à 1981 une soixantaine d’oeuvres oniriques dont certaines de grand format, vont entrer en dialogue intime avec les grands maîtres du surréalisme,  le temps d’une "thérapie de l’angoisse" et d’une maîtrise de la technique classique de la peinture à l’huile ressentie comme nécessaire avant de me mettre en quête d’une expression personnelle plus originale.

Avant-Clones et Avatars

Prenez tout votre temps… - 81 x 65 cm

Intérieur-femme - 55 x 46 cm

La fuite inutile - 46 x 55 cm

L’appel du bizarre - 55 x 33 cm

Les filles du Biologiste - 81 x 73 cm

Les pensées encombrantes - 61 x 46 cm

Mais où donc ai-je la tête … - 54 x 65 cm

Toi et moi c’est tout-comme - 65 x 50 cm

Evasion  - 81 x 65 cm

Le Pas - 92 x 65 cm

Réminiscence - 73 x 60 cm

Sortie de Miroir - 61 x 46 cm

Le Polyvisionisme

1981- 1989

1982 - Dense danse - 92 x 73 cm

1982 - Miroir Polyvision - 73 x 60 cm

1982 - Morceaux choisis - 50 x 65 cm

1982 - Nu de dos 1 Vibration - 54 x 73 cm

1982 - Polyvision 1 - 73 x 60 cm

1983 - Nageuses - 81 x 100 cm

1983 - Nu de dos  - 2 Destructuration - 54 x 73 cm

1983 - Piscine Nageuse - 81 x 116 cm

Mes premières 'Polyvisions' présentent, sur une  même toile, un corps revisité à travers des cadrages qui le fragmentent et en proposent différentes 'visions'. Ces premières visions multiples d’un sujet m’ont amené à composer des triptyques où le rendu du corps va évoluer d’une toile à l’autre par un découpage, tout d’abord chromatique qui aboutira au découpage physique de ces toiles, afin d’en multiplier les propositions de visionnement.  

"Fenêtres, cadrages, découpages et montages à lecture multiple, ont préfiguré mes 'Polyvisions pixellistes', déclinaisons d’images traitées sur ordinateur, mes travaux vidéo, mes ’Kaléidogrammes', et mes travaux en cours."

Les Polyvisions 'mono-toile'

Corps et Graphies

La belle endormie - 100 x 81 cm

La Fuite # 1 - 73 x 92 cm

Tu peux toujours courir - 81 x 100 cm

Déroulement du sommeil - 97 x 130 cm

Foot - 73 x 92 cm

Judoka # I - 73 x 92 cm

Judokas # V - 89 x 116 cm

La Dormeuse - 92 x 73 cm

La Course - 81 x 100 cm

Vertige - 92 x 73 cm

Grand écart - 73 x 92 cm

Mouvement - 89 x 116 cm

Les C(hr)omiques

Deux Nageuses - 80 x 100 cm

Portrait Holographique - 55 x 46 cm

Douche Hommes - 116 x 81 cm

Le Rasoir - 61 x 46 cm

Nu vert au turban rose - 130 x 89 cm

Pose vernis - 92 x 65 cm

Punky - 81 x 65 cm

La salle de bain - 73 x 92 cm

Triptyque Plongeon - 150 x 50 cm X 3

Les Triptyques

(avant découpage = Polyvision en trois toiles)

Baigneuse à bulles # 1, # 2, # 3 - Trois toiles de 92 x 73 cm 

Sous la douche # 1, # 2, # 3 - Trois toiles de 100 x 81 cm 

La Fuite - # 1, # 2, # 3 - Trois toiles de 73 x 92 cm

La Baignoire # 1, # 2, # 3 - Trois toiles de 92 x 73 cm 

Ensoleillement # 1, # 2, # 3 - Trois toiles de 89 x 116 cm 

Sous-Marine - Première toile découpée en 11 Bandes 113 x 76 cm

L’Ancre (Diptyque conçu pour être découpé)

Les Toiles Variantes Bandées 

(dites *TVB ou encore 'Les Débandables')

Baigneuse à bulles - 92 x 145 cm - Proposition 16 Bandes

Déroulement Festif - 100 x 115 cm - Proposition 15 Bandes

Sous-Marine - L’Ancre - Montage 18 Bandes - Collection P.G.

La Fuite 2 et 3 - 85 x 133 cm - Montage 12 Bandes

Baigneuse à bulles sur fond blanc - Proposition 15 Bandes

Judoka 1 et 2 - Montage 17 Bandes - Collection B.M.

Ensoleillement 1 et 2 - Montage 9 Bandes - Collection Pradier-D.

Ensoleillement 2 et 3 - Montage 9 Bandes - Collection Pradier-D.

La Baignoire 1-2-3 - Montages 18 Bandes - 92 x 145 cm

Sous la Douche -100 x 146 cm - Proposition 22 Bandes

* les TVB résultent du sacrifice des toiles composant les triptyques : 


ces dernières ont été photographiées avant d’être découpées 

les trois toiles ont été détachées de leur châssis de bois, mises à plat au sol pour être découpées, au cutter, en bandes parallèles. 

Une partie des bandes de chaque toile composant le triptyque servira à la composition expérimentale d’une variation d’assemblage de ces bandes qui seront présentées dans un désordre étudié : l’une de ces variations sera montée sur un nouveau support rigide et ne présentera qu’une partie de la totalité des bandes découpées, recomposant une oeuvre nouvelle, totalement inédite et imprévisible.

Copyright : VEA XIRADAKIS-VEADAKIS© - ADAGP - 2022

Tous droits réservés - Mentions légales

OK

Ce site web utilise les cookies.